Leon de Lyon ne manque pas d’air

La tête au soleil, les pieds bien calés sur les pédales de sa Porsche Targa, Jean Paul Lacombe salue ses amis de la rue Pleney dans le premier arrondissement de Lyon. Sur le trottoir opposé à son restaurant Leon de Lyon, l’un des établissements les plus connus et courus de la ville, une terrasse où l’on peut déjeuner en plein air sous l’œil sourcilleux d’un lion à mamelles multicolore monté sur roulettes. Leon, le lion en écho au resto. Une institution qui remonte à 1904. Cent trois ans de vie au cœur de la capitale des Gaules.

20170724_152301.jpg

Pourtant le restaurant Leon a bien failli disparaître. En 1972, le père, Paul Lacombe, assommé par un contrôle fiscal particulièrement sévère n’y avait pas survécu. L’établissement était en équilibre précaire et le fils, promu patron, peinait à remonter la pente, même aidé par toute sa famille. C’est alors qu’une autre famille, celle des chefs lyonnais, fit entendre sa voix, Paul Bocuse en tête, pour défendre Leon de Lyon. La « mafia des toques lyonnaises », dont Bocuse était le « Don Corleone », dixit Jean Paul Lacombe lui-même, vint prêter main forte au nouveau chef. Ils firent de la pub, le buzz dirait-on aujourd’hui pour l’établissement et si jamais le fisc avait voulu le saisir, ils se proposaient de le racheter ensemble pour le recéder ensuite à la famille «légitime». Un élan vraiment marquant de la solidarité d’une profession envers l’un de ses membres en difficulté. 

Leon 12

Six mois après, Leon de Lyon recommença à tourner rond. Une puis deux étoiles vinrent couronner le talent de Jean Paul Lacombe derrière les fourneaux et le cadre, alliant tradition, intimité et convivialité. Couronnement:  En 1998, le gratin du G7 dont Bill Clinton et Helmuth Kohl fut convié chez Leon pour déguster le nec plus ultra  de la tradition lyonnaise. Avec des plats adaptés à chacun, car Helmuth Kohl n’avait evidemment pas le même régime que le premier ministre japonais ! Qui les invita ? Le chantre de la tête de veau, Jacques Chirac bien sûr.

Le chef aurait pu prendre la grosse tête du guignol. Mais s’il ne manque pas d’air, Jean Paul  sait garder les pieds sur terre. Trois étoiles au Michelin, le Graal de tout restaurateur, c’était quasiment inaccessible dans la ville de « MonsieurPaul » , m’a avoué Jean Paul Lacombe à demi-mot. Même deux étoiles, ça pèse lourd en personnel, décorum, etc… Alors, il y a 5 ans, le chef décide20170724_160156.jpg de revenir à la brasserie, la vocation du début de Leon, bien qu’il possède d’autres bistrots dans la cité lyonnaise. Au diable les étoiles, vive les fourneaux et les plats conviviaux ! Jean Paul Lacombe est un homme libre. La compétition ne lui fait pas peur. D’ailleurs il la pratique régulièrement sur les petites routes des rallyes avec ses copains du « Team des Chefs », Michel Rostang et Michel Chabran. Il a même remporté une étape du tour de France auto. « Catégorie régularité » souligne-t-il, ce qui n’enlève rien à son mérite. 

Leon Rallye

Mais ce n’était pas au volant de sa Targa. Cette voiture là, il a mis un an à la dénicher, après plusieurs déceptions, « des affaires qui vous filent sous le nez ». Sa 911 S est saine, elle date de 1983 et démarre au demi-tour de clé. « Cette voiture provoque le sourire » dit Jean Paul Lacombe. Non seulement celui du conducteur, mais ceux des badauds. Il le constate non seulement dans son quartier, mais partout où il passe. 

Leon 11

 

Pour voir le ciel, le toit en composite se détache en deux temps trois mouvements. On peut s’y mettre à deux, mais un homme seul, ou une femme, peut le porter et le ranger dans le coffre avant.

20170724_152457.jpg

Ce n’est certes pas le grand air d’un cabriolet, « mais la ligne de la 911 n’est pas touchée ». Effectivement, les techniciens de Porsche avaient dès les années 70 réussi à dessiner une lunette arrière panoramique à la courbure étonnante. La rupture du toit étant souligné par un large arceau en aluminium du plus bel effet. (cf. la rubrique « les voitures »). La Targa est plus qu’une séductrice, une allumeuse…. Si l’on en croit Jean Paul Lacombe : « Elle irait bien avec un foie de veau à la lyonnaise: savoureuse, onctueuse, avec un filet de vinaigre pour accélérer la sauce ».

20170724_152758

Porsche 911 Targa

Un commentaire sur “Leon de Lyon ne manque pas d’air

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :